EDITO JUIN 2018


La joie dans tous ses états ! 

StockSnap_1Q2U0J72YG

 

Samedi, j’étais occupé à bricoler quand tout à coup j’ai entendu venir de loin une grande clameur … et des coups de klaxon. Je me suis alors souvenu du match de football France-Argentine. Et je me suis dit que l’équipe de France venait de marquer un but ! Puis deux, puis trois … et à chaque fois la même clameur, les mêmes cris d’enthousiasme, comme si tout Téteghem assistait au match !

Je n’y étais pas, mais je pense qu’il devait y avoir aussi une sacrée ambiance sur la place Jean Bart, devant l’écran géant !

 

Cette joie, cette liesse des supporters de tous âges est sympathique.

Et très probablement il en a été de même dans les villes et villages d’Argentine à chaque but, marqué par les Argentins bien-sûr et non pas par les Français. Pour le coup, le bonheur des uns ne fait pas forcément le bonheur des autres !

 

Par contre il existe une joie commune aux Français,  aux Argentins, aux Belges et aux Allemands, aux Croates et finalement aux habitants de toute la planète, c’est la joie des croyants !

 

Parmi les 66 livres que comprend la Bible, il en est un qui évoque particulièrement cette joie, il s’agit du livre des psaumes. La joie s’y exprime au travers de trois verbes : se réjouir, exulter, et jubiler, auxquels on peut associer des mots comme bonheur, ovation, allégresse, acclamation etc… Cette joie peut être celle d’un individu aussi bien que l’enthousiasme de toute une communauté.

 

Ce qu’il y a de plus frappant dans cette joie, c’est son exubérance. On danse et bondit de joie, on crie, on frappe des mains, on exulte, on jubile. Et surtout lorsqu’il s’agit de se réunir pour louer Dieu :

« Quelle joie quand on me dit « Allons à la maison du Seigneur ! » (Psaume 122 v 1)

 

Ce côté festif et enthousiaste de la joie ne doit pas faire oublier un autre type de joie, non moins profonde, la joie intérieure, la joie de croire, la certitude de se savoir aimé de Dieu !

José FREDERICK


  • photo josé
    José Frédérick