EDITO DECEMBRE 2018


Evangile et gilets jaunes 

imagesYMUDCKT3

Tout jeune dans la foi, j’avais suivi les conseils d’un chrétien expérimenté et m’étais mis à lire d’une manière continue toute la Bible, tout en soulignant les passages d’une couleur différente en fonction des thèmes rencontrés. Je me souviens avoir ainsi souligné en vert les passages ayant rapport avec l’argent (richesse, pauvreté etc …). J’ai alors constaté que ces passages sont nombreux, en particulier dans les Évangiles.

À l’époque de Jésus, les gens vivaient essentiellement de la culture et de la pêche. Le travail était rude, les paysans s’épuisaient aux labours, aux vendanges, et les techniques de la pêche étaient rudimentaires. De plus les Romains percevaient une taxe sur ceux qui travaillaient la terre, ainsi que pour les droits de pêche. Beaucoup de familles payaient le tiers ou la moitié de leur production en tributs et en impôts.

La question, pour les paysans, était de conserver assez de grain pour ensemencer en vue de la prochaine récolte, et de subsister entre-temps, sans tomber dans la spirale de l’endettement. Il semble également que le chômage était important.

En ce temps de morosité ambiante, de hausse de la précarité et de fronde populaire, bien des paroles de Jésus reviennent à ma mémoire. La parabole du mendiant Lazare, et du riche qui vit fastueusement en méprisant celui qui meurt de faim à la porte de son palais ; le propriétaire insensé qui ne pense qu’à construire des silos et des magasins pour engranger ses récoltes, ses appels à la compassion envers ceux qui souffrent.

Pour comprendre l’action de Jésus, il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances spéciales. Jésus parle des choses de la vie. Hier comme aujourd’hui, tous peuvent comprendre son message : les femmes qui incorporent le levain à la pâte et les hommes qui viennent de semer le grain. Il suffit de vivre intensément la vie de chaque jour et d’écouter d’un cœur simple les audacieuses conclusions que Jésus en tire pour accueillir l’amour de Dieu, le Père.

 

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et courbés sous un fardeau, et je vous donnerai du repos. » (1)

 

À l’approche de Noël, osons nous débarrasser des images d’Épinal autour de la naissance du Sauveur, et ouvrons-lui notre cœur !

 

  1. Évangile selon Matthieu, chapitre 11, verset 28

 


  • photo josé
    José Frédérick